LUNA, le nouvel album de Pascal Schumacher, est diamétralement opposé à son album précédent, SOL. Mais cette opposition ne se résume pas à leurs titres respectifs, qui évoquent déjà le contraste entre l'ombre et la clarté : c'est le geste créatif même à l'origine de chacun des albums qui est entièrement autre. SOL était habité par un mouvement instinctif de découverte. C'était le premier projet où Schumacher se lançait en solo, après des années de travail en collaboration avec des groupes et des orchestres divers. LUNA révèle désormais une facette plus contemplative du vibraphoniste.

L'atmosphère nocturne de LUNA est due en grande partie au calme et à la délicatesse émanant de la musique. Mais toutes les nuits ne sont pas tranquilles : l'album révèle aussi des facettes plus animées, moins sereines.

LUNA est comme un ami radieux dans la nuit solitaire. Si SOL était un voyage commencé dans la solitude, LUNA nous rappelle la présence de nos éternels satellites.